Résultat de l'Assemblée Générale de l'AECSSP

Voici les résultats de l'Assemblée Générale d'aujourd'hui, le 5 septembre 2012.

Tout d'abord nous souhaitons la bienvenue à deux nouveaux coordonnateurs par intérim, à savoir Valdez Tchouta Uhrich au poste de coordonnateur à l'académique, ainsi que Simon Groulx à la trésorerie.
Nous tenons à vous rappeler qu'il y aura des élections générales pour tous les postes de l'exécutif dès la première assemblée générale de la rentrée de la session d'automne 2012, donc après le 1er octobre. Nous vous invitons à vous présenter aux postes qui vous intéressent.

De plus, voici les propositions adoptées lors de l'Assemblée Générale d'aujourd'hui.

1) Que l'AECSSP réitère son opposition à la marchandisation de l'éducation
Que l'AECSSP réitère son opposition à toute hausse de frais de scolarité dans une perspective de gratuité scolaire en vue d'éliminer l'endettement étudiant, la précarité et les barrières économiques à l'éducation.
Que l'AECSSP réitère que c'est par l'éducation populaire, la diffusion de matériel d'information et la mobilisation de masse au sein d'organisations syndicales combattives t démocratiques, c-à-d fonctionnant sous le contrôle direct des membres, qu'il est possible de construire un rapport de force face à l'État et à l'élite économique;
Que l'AECSSP considère que la grève générale illimitée a été nécessaire à la construction du plus grand mouvement social des quarante dernières années, et ce même si une diversité des tactiques peuvent être employées au fur et à mesure selon l'évolution de la conjoncture politique.

2) Considérant que c'est grâce à la mobilisation permanente de milliers de personnes, notamment lors d'une grève générale massive que les gens ont réussi à pousser le gouvernement du Parti Libéral du Québec dans ses contradictions, au point de décréter la pire loi antisyndicale, autoritaire et antidémocratique depuis la Loi sur les mesures de guerre lors de la Crise d'octobre 1970;
Considérant que les élections ont été employées comme porte de sortie face à la crise sociale et à la crise de légitimité de l'État que nous avons réussi à créer;
Considérant que le Parti Québécois, bien qu'il promette en ce moment d'éliminer la hausse de 2012 et d'abroger la Loi 12, a historiquement été responsable de nombreuses attaques sur le système d'éducation, notamment la réforme Legault qui a accentué la dérive de l'Université, ainsi que la hausse de 1996, infligée aux étudiant-e-s venant de l'international via des frais différenciés astronomiques;
Considérant que le mouvement étudiant a confronté le gouvernement du PQ lors des grèves générales illimitées de 1978 et 1996;
Considérant que Pauline Marois était en faveur de la hausse des frais de scolarité de 2007, et que le PQ s'est plusieurs fois exprimé sur ses intentions d'indexer à l'inflation les frais de scolarité, créant un dégel insidieux et permanent contraire à la perspective de gratuité que nous revendiquons;
Considérant que c'est en maintenant la pression sur l'État, peu importe le parti en place, que nous serons en mesure d'obtenir, non pas des promesses, mais gain de cause;
Considérant que la victoire est à notre portée;
Considérant que nous avons mené le plus grand mouvement social des quarante dernières années, tant au Québec qu'au Canada, et que des gens de toute origine à travers le monde s'en inspirent comme nous avons été inspiré-e-s des luttes au Chili, en Angleterre ou en Grèce;
Que l'AECSSP élabore en collaboration avec d'autres associations étudiantes une escalade progressive des moyens de pression vis-à-vis du gouvernement nouvellement élu afin de non seulement s'assurer du respect des promesses, mais également de mettre de l'avant les nombreuses revendications qui n'ont pas encore été entendues;
Que l'AECSSP formule dans l'immédiat l'ultimatum suivant:
1. le retrait immédiat, avant le début de la session d'automne 2012, de l'intégralité de la hausse des frais de scolarité de 2012
2. le maintien des bonifications à l'aide financière aux études ainsi qu ele versement immédiat des versements prévus pour septembre;
3. l'abrogation complète de la Loi 12 (Projet de loi 78)
4. le retrait du RPR (remboursement proportionnel au revenu) décrété par le gouvernement libéral le 5 avril 2012
Qu'en ce sens, l'AECSSP soit en grève d'une journée tous les 22 du mois, de concert avec les autres associations étudiantes de la province ayant un mandat similaire, jusqu'à l'obtention de ses revendications ou d'un mandat contraire venant de l'assemblée générale;

Que l'AECSSP participe à la manifestation du 22 septembre et que lors de cette manifestation la gratuité scolaire soit mise de l'avant
Que l'AECSSP, si elle n'obtient pas les demandes mentionnées dans son ultimatum, déclenche une grève générale illimitée (GGI) trois jours suivant l'atteinte du plancher de grève de 20000 étudiant-e-s et de 7 associations étudiantes sur trois campus différents.
Que l'AECSSP reconduise ce mandat de GGI par la convocation d'une Assemblée générale hebdomadaire
Advenant le déclenchement d'une GGI à l'AFESPED, que l'AECSSP ne tienne pas d'assemblée de reconduction tant que ce mandat sera effectif.
Dans l'éventualité où la GGI n'est pas reconduite à l'AFESPED, que l'AECSSP tienne une assemblée générale de reconduction dans les trois jours ouvrables suivants
Que l'AECSSP demande à l'ASSÉ de convoquer cet automne un nouveau Rassemblement national étudiant (RNE) afin:
1. de faire le bilan de la grève de 2012
2. d'établir une stratégie commune en prévision du Sommet sur l'éducation
Que l'AECSSP tienne une assemblée général de grève pour se pencher sur ce mandat lors de la première AG de la session d'automne 2012

Adoptée à l'unanimité.

3) Que l'AECSSP accorde au nouveau gouvernement élu jusqu'au 1er octobre pour acquiescer à l'ultimatum et que d'ici l'atteinte du plancher de grève, les levées de cours soient suspendues, tout en maintenant les autres moyens de pression jugés nécessaires.

4) Que l'interruption des levées de cours soit effective à partir du samedi 8 septembre au matin.

En résumé, la levée des cours continue jusqu'au samedi 8 septembre.

Pour toute autre question, n'hésitez pas à contacter un-e membre de l’exécutif.